Tao du pied pour les enfants

Aujourd’hui, nous allons nous intéresser à nos pieds. Asseyons-nous en rond les pieds nus. Je vous nomme des parties du pied, vous me les montrez en les touchant, et on précise tout ce qu’on a besoin de mieux connaître. Attention, je peux mettre des intrus !
Les orteils, les talons, les bras, les ongles, le coup de pied, les coussinets, le bassin, les rotules, les malléoles et la voûte plantaire.

Un pied câlin

Maintenant choisis un pied et entoure-le gentiment de tes mains. Sens s’il est chaud ou froid, sec ou moite (un peu mouillé). Dis-lui des choses gentilles. C’est que le boulot d’un pied n’est pas facile! Combien tu pèses? Tu as déjà soulevé un poids comme ça, comme une grosse valise quand on part en vacances? C’est lourd quand même… Eh bien ton pied, il est petit et il doit porter ça tout le temps dès que tu te lèves, heureusement qu’il ne part jamais se promener sans toi !  Alors c’est une bonne idée de le rencontrer et de le remercier.

Commençons par lui serrer la main. Enfin le pied! Approche la paume de ta main opposée au pied pour un câlin, ta plante de pied contre la paume de ta main. Écarte-bien tes orteils en éventail et glisse tes doigts de main entre chacun d’eux jusqu’à la jointure des doigts et des pieds. C’est difficile, hein? Va jusqu’au début de tes doigts de main aussi. Salut !!! Fais bouger tes orteils vers le haut et le bas.  Avec ton autre main, faisons du xylophone en allant du gros orteil au tout petit : pliup pliup pliup… Encore !  chante avec ton pied Pliupp, pluipp, pliupp ! Couvre-le bien maintenant sans enlever les doigts et mets ton attention dans ta main un petit moment, et à trois, nous séparerons notre pied de la main. Mais regardons-le, il aime bien qu’on fasse attention à lui.

Combien avons-nous de coussinets dessous? … Non, plus ! Alors, comme les chats, on en a juste sous les griffes, euh, les ongles. Touche-les gentiment un par un pour leur dire bonjour et tapote-les un peu. Et là, à l’avant du pied, on en a deux autres. Tapote-les un peu pour les reposer, ils nous portent beaucoup. A l’arrière du pied tu as encore un coussinet. Oui, c’est le talon. Enveloppe-le doucement et sens s’il est tranquille ou un peu écrasé. Ça nous fait combien? 8? Où est le dernier alors? Regarde le bord externe de ton pied et palpe-le, tu vas le sentir depuis un bout jusqu’à l’autre, ça s’appelle le tranchant du pied. Vas-y délicatement, puis si tu veux pince-le un peu d’un bout à l’autre. S’il n’existait pas, nous serions directement sur les os, ça ferait mal.

Regarde de l’autre côté maintenant, vers l’intérieur. Tu vois la courbure de ton pied? C’est pour ça que ça s’appelle une voûte. Effleure-la. Caresse-la doucement, prends ton temps. Ferme tes yeux un peu pour mieux sentir. Alors ça fait quoi? Des guilis! Parce que la peau de nos pieds est très douce à cet endroit, il y a beaucoup de petits nerfs pour qu’on sente bien la terre quand on est pied nu. Allez, massons vigoureusement toute la plante du pied. Maintenant, regarde ton dessus de pied, sens tes petits os qui joignent tes orteils à ta cheville. Suis le trajet de chacun avec ton doigt et mettant bien ton attention dans ton doigt et ton pied. Combien tu en as trouvé? Oui, 5 comme dans les mains.

Doudou

Maintenant entrons dans le royaume de la sensation. Ferme les yeux et détends-toi. Tu ne vois plus ton pied mais il est toujours là. Couvre-le dans son ensemble avec tes mains que tu peux déplacer quand tu veux, et reste avec lui comme avec ton doudou si tu en as encore un, ou quelqu’un que tu aimes très tranquillement.A présent lâche ton pied gardant les yeux fermés. Quel pied est le plus content? Comment tu le sais qu’il est content? Il est chaud, il est plus grand que l’autre, tu le sens mieux? Tu vois, il parle à sa façon ton pied, c’est à nous de l’écouter. Donc il ne nous reste plus qu’à faire pareil à l’autre. Ouvre-les yeux et regarde-le gentiment. Essaye de te rappeler ce que nous avons fait tout à l’heure avec son copain.

L’autre pied

Je vous aide un peu : Salut d’abord mon cher pied, que je te serre la main et que j’écarte mes orteils… Et puis maintenant les coussinets… les 9… et puis la courbure de ta voûte plantaire… et puis le dessus du pied. Je ferme les yeux et je reste un peu avec lui, il est content.  Reste tranquille et attentif….

Et debout !

Maintenant, levons-nous. Puisque les pieds c’est fait pour marcher, sauter, danser et s’amuser, nous allons nous en servir pour manger du chocolat tout en haut de l’armoire. Mettons-nous sur la pointe des pieds. Tiens-toi bien droit en serrant les muscles des jambes, remonte tes rotules des cuisses, des fesses, à fond, tiens, tiens encore un peu… et maintenant lève les bras pour attraper le chocolat. hop! Laisse-toi tomber sans t’écraser. Miam !! Encore un carré de chocolat ? Encore !  encore une fois…Une dernière fois, et puis stop! on en garde un peu pour plus tard, mais on rebondit un peu juste pour s’amuser assez rapidement, mais sans sauter.

Et maintenant, imagine  que tes pieds soient un gros crayon et que tu dessines une ligne. Alors mets tes pieds exactement l’un devant l’autre ton talon d’un pied touche les orteils de l’autre pour ne pas dessiner en pointillé et déroule tout ton pied du talon aux orteils. Lentement ! Pour t’aider, choisis une ligne droite, une latte de parquet ou un point en face de toi. Garde bien ton attention dans tes pieds et sur la terre qui les porte et au dessus de ta tête aussi en regardant bien devant toi. Garde l’équilibre et si tu veux tu peux accélérer un peu, nous allons vers les tapis.

Et couché !

Allongeons-nous sur le dos de préférence pour nous reposer. Regarde comment tu respires et vois comment ton souffle redevient tranquille. Tu peux mettre une main sur ton ventre et l’autre sur ta poitrine et là tu ouvres ton cœur sous ta main, juste en te détendant complètement. Maintenant, bouge doucement les orteils puis laisse-les immobiles. Mets ton attention dans le gros orteil, le pouce du pied. Sens le bout de ton orteil, imagine que tu as une petite narine sous l’ongle et chaque fois que tu inspires doucement par ton nez, fais pareil avec ton orteil. Inspire, expire, inspire une belle lumière dorée pleine de vie qui fait des guilis intérieurs à ton orteil, et quand tu souffles, laisse partir par l’orteil comme une fumée grise qui va dans la terre pour faire des petites fleurs. Encore. Inspire du neuf doré, expire ce dont tu n’as plus besoin.

Maintenant, essaye avec tous tes orteils jusqu’au tout petit. La petite rivière d’énergie dorée monte dans tes orteils et jusqu’où elle veut dans ton corps, tant que tu inspires doucement, et de là où tu es arrivé, tu redescends quand tu lâches l’air jusqu’au bout mais sans forcer. Encore… encore… Cette fois regarde bien de quelle façon tu fais attention à ton pied, à ton souffle, et comment ton pied respire. Puis à trois, tu vas respirer exactement pareil avec ton autre pied aussi en te mettant à regarder l’autre pied quand je dis trois. 1, 2, 3 ! Tu regardes l’autre pied? Bravo. Alors inspire de doré dans tes orteils et lâche le gris.

Il n’y a plus qu’à mettre ton attention au milieu et laisser tes deux pieds respirer joyeusement pendant que toi tu te relaxes de plus en plus dans le sol. …

Avant de nous lever, remuons nos orteils et étirons-nous un peu en disant merci. Et puis levons nos pieds, nos mains et rigolons comme des singes rieurs en les secouant vers le plafond, Hahaha ! Hahaha. Haaaaaa. Voilà, c’est fini, merci la vie, merci nos pieds !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *